Poèmes


Nuit Blanche

Quand l'hanche

épanche

ma grande soif

J'entends une musique

ronde et blonde

Pudique

tu éteins le silence

et s'allument les étoîles


Rêve

Les oiseaux sont la plus douce compagne

de mes matins de solitude

Plus léger de leurs chants

ma tête sans poids sur leurs plumes

mon mauvais rêve perd sa gravité

sans même sortir ma plume


Volutes

Dans le cocon serré de mon cerveau

couve un fil de mots

léger et lisse

qui glisse sur ta peau

et caresse en ultimes volutes

tes paupières

et remplit dans la nuit

tes yeux

d'une image de moi


Art-trop-ode

La malice de mes pensées joue

et tourne la roue

de ma vie

dévisse mon esprit

et me roule

dans la boue

de mes vices

mais déjà

l'éclat d'une élytre

me recouvre

d'une carapace

mes angoisses s'effacent

au contact

de mes amours

cétoines